Enquête Lecteurs : votre rapport à l’Argent

Pour vous remercier de votre participation, choisissez entre 2 cadeaux:
Un cours par e-mail pour savoir gérer votre argent
-ou-
l’accès à la Bibliothèque de Ressources réservé aux abonnés

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Ca y est, vous avez remis vos comptes à flot, vous tenez d’une main de fer votre budget et avez commencé à mettre de l’argent de côté grâce aux conseils donnés dans l’article « Comment se libérer de ses dettes? » . Après la phase de thésaurisation, va arriver celle de se poser la fameuse question: « dans quoi vais-je investir mes économies? » Alors bien-sûr, on vous a parlé, et vous avez surement lu, en long, en large et en travers, sur les blogs de finances personnelles et les sites spécialisés, des récits de personnes qui investissent avec succès dans des studios, des parkings, des locations saisonnières, dans les crypto-monnaies ou dans la Bourse, qui sont, on va dire, les investissements « stars », ceux qui sont présentés partout.

Mais je vais vous dire un truc: si vous ne vous sentez pas d’investir dans ces domaines, ne le faîtes pas ! C’est du bon sens, car même si on vous fait des promesses alléchantes en terme de rentabilité de ces placements, vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes au bord d’une crise financière majeure, qui va peut-être se déclencher cette année, et que la plupart des personnes qui investissent dans l’Immobilier ou dans des produits financiers ( PEA, Assurance-vie etc.) ou dans les crypto-monnaies, vont boire le bouillon.

L’une des règles des investisseurs, c’est d’être prudent avec celle de ne pas mettre tous ces œufs dans le même panier, autrement dit, de diluer le risque. Alors si vous êtes allergique au risque, mais que vous cherchez malgré tout une bonne rentabilité, j’ai mieux à vous proposer que d’ouvrir un livret A ou un livret bancaire où l’Etat et les banques vous volent, puisque le taux d’intérêt est inférieur au taux d’inflation ! Et que, même s’il était supérieur, cela vous rapporte quedale! Il s’agit d’un placement peu connu, mais un placement à l’épreuve de la crise qui vient : celui des laveries automatiques.

Les raisons du succès des lavomatic

Le marché des laveries automatiques est en plein essor. Elles n’ont plus grand chose à voir avec les lavandières d’autrefois de nos villages, et ont su évoluer avec les besoins de la clientèle. Il n’est pas rare de voir des laveries ultra-modernes s’implanter dans nos villes, et même maintenant, sur les parkings de supermarchés grâce à un concept lancé notamment par photomaton Celle que je fréquente pour aller laver mon linge à l’Intermarché de Combs-la-Ville (77) est une de celles-ci. Et j’avoue, qu’elle est très pratique car je peux payer en carte bleue, même pour 4 euros. Enfin…quand elle n’est pas tombé en panne!

A une époque où les Français sont massivement équipés de machines à laver chez eux, le succès des lavomatic à de quoi surprendre… Mais si on se penche sur la question, pas tant que cela finalement. En effet, il y’a encore de nombreuses personnes qui ne disposent pas d’une machine a laver chez eux, par manque de budget ou de place. (Etudiants, célibataires, résidents de foyers, colocataires, cadres pressés etc. ) Je fais partie de ces personnes. D’autres choisissent sciemment d’aller laver leur linge en laverie automatique pour faire des économies ou gagner du temps !

Là où une machine domestique peut laver 5 à 7 kilos avec un cycle de lavage entre 2 et 3h, les machines industrielles des laveries en libre-service peuvent accueillir jusqu’à 20 kilos de linge avec un cycle de lavage entre 30 et 45 minutes ! Et enfin, une machine domestique ne sèche pas le linge, alors que dans une laverie automatique, on dispose de séchoirs! Enfin, une machine à laver domestique consomme beaucoup d’eau et de l’électricité, ce qui fait grimper le montant de vos factures de manière sensible. Et puis… bon courage pour laver vos couvertures et vos couettes dans votre machine à laver !

Un business sécurisant

Si vous désirez vous lancer dans ce business, sachez que c’est un business simple et très sécurisant, contrairement à l’Immobilier par exemple. Avec une laverie automatique, aucun risque d’avoir des impayés. Pas de visites et d’état des lieux à faire, pas de saisonnalité, pas de risque de vacance et donc de manque à gagner. Il faut simplement faire attention à l’emplacement. Ouvrir un lavomatic ne requiert aucune formation ni aucune compétence spécifique, mieux : c’est un business qui tourne tout seul, vous n’aurez pas besoin de le surveiller comme le lait sur le feu, mis à part ouvrir et fermer le local chaque matin et chaque soir et retirer la recette dans la centrale de paiement, et ça, c’est plutôt cool pas vrai?

Pour vous lancer dans cette opportunité, vous n’avez pas besoin d’abandonner votre travail salarié, car c’est un business qui fonctionne en automatique. Certaines laveries peuvent même se gérer à distance grâce au progrès de la domotique comme celles du réseau Speed Queen le leader mondial qui à débarqué en France avec de grandes ambitions. Et donc, vous pourrez ouvrir et fermer votre local à distance. Il ne reste plus qu’à venir passer un coup de balai et de serpillière une fois par semaine et récupérer le pognon ! Y’a plus risqué et contraignant comme business, vous ne trouvez pas?

L’investissement à prévoir

Selon la superficie du local et son équipement,le nombre de machines mais aussi l’emplacement de votre laverie, il faut prévoir une somme entre 50.000 et 100.000€. Mise à part la mise de départ qui correspond à celle d’un studio, les coûts se résument à la facture d’eau et d’électricité. Il n’y pas de frais de personnel, et si vous rejoignez le réseau d’une grande enseigne comme Speed Queen ou Wash’N Dry, ils ont tout prévu, notamment pour la maintenance et le remplacement des machines, mais aussi pour l’équipement de votre local. Speed Queen appartient au groupe Alliance Laundry Systems, un fabricant américain d’équipement de blanchisserie connu partout dans le monde. Chez Speed Queen, pour rejoindre le réseau des franchisés, on vous demandera un apport personnel de 15.000€. Le reste de l’investissement servira pour la location de votre local commercial et pour l’achat des machines et l’ameublement.

Pourquoi rejoindre une franchise?

Se lancer comme franchisé améliore singulièrement vos chances de réussite et optimisera votre chiffre d’affaires.

La franchise est un contrat qui lie une marque reconnue à un particulier. En échange d’un droit d’entrée et d’une redevance sur le C.A. C’est comme ça que fonctionne une franchise traditionnelle. Mais que ce soit chez Speed Queen ou chez Wash n’Dry, les deux leaders, seul l’apport personnel de 15.000 € vous sera nécessaire, il n’y a pas redevance à verser sur votre Chiffre d’affaires ni de droits d’entrée. Le franchisé peut alors utiliser le concept de l’entreprise. La franchise n’est pas obligatoire, mais elle minimise les risques d’échec. En effet, quand on rejoint un réseau de franchisés, on est bien accompagné : que ce soit sur le choix de l’emplacement, qui est absolument stratégique pour pouvoir bien vivre de cette activité (comme toutes les entreprises physiques) l’assistance technique, la conception du votre business plan, votre stratégie marketing, la maintenance etc.

Là où les laveries indépendantes ne gagnent pas d’argent et ferment leurs portes, les laveries en franchise réussissent, grâce à l’appui sans faille de la marque. En investissant dans une laverie en franchise, vous bénéficierez d’une formation solide à la gestion.

Les gains que vous pouvez espérer

Il faut savoir que le retour sur investissement dans ce business est compris entre 20 et 25%. De plus, la demande est constante, car laver son linge fait partie des besoins élémentaires, comme se nourrir, et donc même en cas de crise économique grave, les gens continueront d’aller laver leur linge en laverie automatique, la crise risque même de booster la fréquentation des laveries automatiques, car les gens chercheront à faire des économies sur leurs factures d’eau et d’électricité !

Pour une laverie en libre service d’environ 50m2, ouverte tous les jours de la semaine, on peut estimer le chiffre d’affaires à 35.000€ la première année de fonctionnement avec 20 à 25 cycles de lavage quotidien. Sans compter le chiffre d’affaire pour les séchoirs et les éventuels distributeurs de boissons ou de friandises ainsi que les dosettes de lessives. A partir de la 5ème année d’activité, vous pouvez tabler sur un C.A d’environ 65.000 € pour 40 à 45 cycles de lavage quotidien pour un tarif moyen à 4 € le lavage. En matière de revenus, vous pourrez tabler sur 2.500 € de revenus mensuels la première année et plus de 5.000 € à partir de la 5ème année.

Une laverie qui vient d’ouvrir permet de générer un complément de revenus, mais pour pouvoir bien vivre de ce business au départ, disposer d’une seconde laverie est nécessaire.

Leave a Comment