Quel est votre profil d’Investisseur?

Avoir une épargne, c’est bien. Je n’arrête pas de vous le repéter en long en large et en travers. Seulement, savoir où l’investir, c’est mieux ! Pour savoir sur quels supports on doit placer son argent, il faut répondre à 3 questions essentielles :

  • Quel est mon horizon de placement?
  • Quel est l’objectif de ce placement?
  • Quelle est ma sensibilité aux risques?

l’Horizon de placement

Bouriscoteur

Cela signifie dans combien de temps je pense devoir récupérer mon placement. C’est la durée de l’investissement. Vous vous doutez bien qu’on ne va pas placer son argent de la même façon si on en a besoin à la fin de l’année pour payer ses impôts ou si l’on prévoit cette épargne pour payer le permis de l’ainé dans 5 ans.

Si l’on se projette encore plus loin, par exemple pour acheter une maison ou préparer sa retraite, il faudra aller sur des produits de placements plus dynamiques, donc plus risqués. Par exemple, si vous prévoyez de prendre votre retraite sur 20 ans, le choix pourra se porter sur des actions, car la Bourse est un placement très rentable à long terme, même s’il y’a des baisses et des crises, la tendance haussière se vérifie sur le long terme.

Pour placer son argent, il y’a quelques règles basiques à connaître. Nous allons envisager 3 durées de placement possibles, le court terme, le moyen terme et le long terme. Plus l’horizon de placement est proche, plus on privilégiera des placements sécurisés. En effet, si votre horizon de placement n’excède pas 3 ans, c’est un horizon de court terme. A cette échéance, il n’est pas prudent d’aller sur des marchés financiers dynamiques comme les actions internationales. Il peut en effet y avoir un marché en baisse pendant 1 ou 2 ans, ce qui ne nous laisserait pas le temps de récupérer notre capital. Par exemple, en juin 2007, l’indice Cac 40 à la Bourse de Paris était à plus de 6000 points.

Le Cac 40 est déterminé par les cours des 40 actions les plus importantes de la Bourse Euronext, dont dépend Paris. Ces actions représentent la tendance globale de l’économie des grandes entreprises françaises. En janvier 2008, il y’a eu une chute brutale du Cac 40. En octobre 2008, le Cac 40 avait dégringolé à 3200 points. Il a donc perdu plus de 40% de sa valeur entre fin 2007 et octobre 2008 ! Imaginez si vous aviez investi dans les actions du Cac 40 courant 2007 avec l’intention de récupérer votre argent 2 ans plus tard, c’est-à-dire courant 2009… En Mars 2009, le Cac était à 2465 points et fin 2009, il était aux alentours de 3900 points.

Si vous aviez placé votre argent en Bourse en juin 2007 avec l’objectif de le récupérer en fin 2009 soit moins de 3 ans d’investissement, vous auriez perdu presque la moitié de votre capital ! Donc, pour des placements à court terme, il vaut mieux privilégier des produits sans risques comme l’assurance-vie en fonds euros.

Le moyen-terme

Si votre horizon de placement est le moyen terme, c’est-à-dire plus de 3 ans mais moins de 10 ans, vous devrez panacher votre capital. Vous en investirez alors une partie sur les marchés financiers. La règle, c’est que, plus la durée du placement sera longue, plus la partie investie sur le marché financier sera importante. Ici, l’objectif est de dynamiser votre investissement.

Par exemple, en août 2013, le Cac 40 était à 3986 points, et en août 2018, à 5492 points. Ce qui signifie que le montant investi dans les actions aurait progressé de presque 38% sur la période. Si pour ces 5 ans d’investissement, vous aviez placé seulement 30% de votre capital sur un support en actions du Cac 40, à 3% de rendement, vous conviendrez que le rendement global aurait été fortement dynamisé.

Le long terme

L’horizon de placement à long terme signifie à plus de 10 ans. Dans ce cas, il faut privilégier les marchés dynamiques. Typiquement, il s’agit d’acheter un bien immobilier ou de préparer sa retraite. Dans ce cas-là, vous savez que vous n’aurez pas besoin de cet argent avant le terme fixé soit dans 20 ans si vous envisagez de prendre votre retraite à ce moment-là. Or, malgré les crises – comme celle qui commence – nous savons que sur le long terme, l’investissement en actions est le plus rentable. Profitez donc des périodes de crise boursière pour acheter à vil prix des actions pour qu’elles vous rapportent 2 ou 3 fois plus que leur prix d’achat 10 ans plus tard…

En effet, sur les 30 dernières années, les actions internationales ont rapporté, en réinvestissant le versement des dividendes, plus de 1300% de rentabilité (de 1988 à 2018 selon le magazine le Revenu) alors que sur cette période, le livret A réalisait un maigre +135%.

Donc, vous l’aurez compris, les actions en Bourse sont un support qui peut être extrêmement rentable, mais aussi extrêmement volatil. Il faut donc y investir l’argent dont on a pas besoin avant longtemps. L’horizon de placement est donc lié a vos objectifs, à l’âge auquel vous commencez votre investissement, mais aussi à votre sensibilité aux risques.

Les objectifs

Pourquoi voulez-vous placer de l’argent? Telle est la question. Quel va être l’objectif de cette épargne? On acceptera plus facilement une baisse temporaire de la valeur de notre capital pendant la durée du placement si notre objectif est un complément de revenus pour la retraite dans 20 ans. Par contre, si l’objectif est de réunir un montant bien précis pour l’achat d’une résidence principale et que cette épargne va constituer un apport personnel, il est indispensable que l’on récupère son capital. Donc, la baisse en capital pourrait provoquer une certaine angoisse !

Le financement des études des enfants ou l’achat d’un véhicule est aussi un objectif courant. Dans combien de temps votre enfant va commencer ses études supérieures? En determinant un objectif, cela va conditionner l’horizon de placement et donc le niveau de risque acceptable.

La sensibilité aux risques

Justement, le troisième critère à prendre en compte est la sensibilité aux risques. Nous venons de voir que le rendement d’un placement et le risque encouru sont liés. Il n’est pas possible d’avoir un rendement important sans risque important. Plus le risque est élevé, et plus le rendement sera au rendez-vous. Le gain d’un placement dépend donc des risques de perte de ce placement.

Si vous êtes très sensible aux risques, privilégiez les investissements peu risqués, et donc n’espérez pas avoir de gains importants. Si vous avez un profil équilibré, qui accepte une part de risques, vous devez panacher vos placements entre supports peu risqués et marchés actions.

Si vous avez un profil dynamique, qui accepte des risques élevés, vous pouvez privilégier les marchés financiers.

N’oubliez pas qu’une perte ou une plus value n’est que virtuelle tant que vous n’avez pas retiré votre argent. A ce moment-là, vous actez la perte ou bien la plus-value. Ainsi, tant que vos actions restent sur votre compte-titre ou bien sur votre PEA, vous n’avez réalisé ni perte ni gain en réalité. Ainsi, si votre capital a baissé, attendez donc qu’il retrouve sa valeur initiale pour revendre vos actions, tant que les actions restent sur votre support, vous n’avez rien perdu, même chose dans le sens inverse.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *